Premières esquisses du futur centre aquatique

La nouvelle piscine de l'Agglo, qui se situera sur le site du collège Andrée Chédid à Aigrefeuille-sur-Maine, devrait ouvrir ses portes à la rentrée 2020. Le cabinet d'architecture Coste a été retenu pour la maîtrise d’œuvre et a finalisé l'avant-projet. Découvrez les premières esquisses de ce nouveau centre aquatique.

Suite au concours d’architecte lancé au printemps dernier, c’est le projet du Cabinet Coste qui a été retenu pour le futur centre aquatique d’Aigrefeuille-sur-Maine.

Un équipement complet

La surface bâtie du futur centre aquatique de 2 637 m2, sur une surface extérieure totale de 7 801 m2, est prévue pour accueillir de nombreux espaces et équipements.

Le centre aquatique disposera de plusieurs bassins : sportifs, d’apprentissage, de détente et de loisirs, d’une lagune animée incluant une pataugeoire et une zone de jeu, mais aussi d’un toboggan, d’un espace de bien-être avec jacuzzi, hammam, ainsi qu’une terrasse extérieure.

Le coût global de l’opération, entièrement financé par Clisson Sèvre et Maine Agglo, est évalué à 9  694  677 € HT, dont 7 601 687 € HT pour les travaux.

Un équipement nécessaire et attractif

Selon Agnès Munier, directrice de la piscine Aqua’val de Clisson, il apparaissait nécessaire que l’Agglo puisse se doter d’un nouvel équipement  : «  Face à l’augmentation constante de la population au sein de notre territoire, Aqua’val, qui est actuellement le seul équipement aquatique de l’Agglo, ne permet plus de répondre convenablement aux attentes de nos concitoyens, notamment en termes de capacité d’accueil. Par ailleurs, il se trouve que le public est de plus en plus éloigné, géographiquement, du site Aqua’val ».

Un projet en évolution

L’avant-projet retenu en septembre lors du concours d’architecte va être peaufiné pour s’adapter aux attentes des élus et équipes techniques de l’Agglo. L’architecture extérieure du bâtiment présentée par le cabinet Coste ne changera pas. Tout comme, l’existence d’un parking et la liste des équipements, qui ont été actés par les élus. En revanche, l’architecture intérieure, tel que l’emplacement des bassins et autres équipements, est amenée à évoluer. Les travaux devraient débuter au début de l’année 2019.